Démocratie

« This is America », symbole d’une culture populaire mondiale contestataire

Le titre de Childish Gambino raconte l’histoire d’une Amérique en proie à la violence, une dénonciation réactivée aujourd’hui suite au décès tragique de George Floyd. Retour sur l’histoire d’un clip qui a invité le monde entier à penser ses maux.

« This is america » : dénoncer et fédérer

Cela fait des décennies que des voix s’élèvent pour dénoncer des formes de violences institutionnelles. Ces voix que l’on ne voulait pas entendre, que l’on ne voulait pas croire, se sont dotées d’une nouvelle arme : les enregistrements-vidéos. Les images parlent désormais d’elles-mêmes. De nouvelles voix s’élèvent.

« Par rapport aux mouvements pour les droits civiques, tout le monde s’accorde à noter que la contestation a changé : elle témoigne d’une « remarquable diversité ». Et la transformation du paysage culturel n’est pas étrangère au changement auquel on insiste. Childish Gambino et son « This is America » ne sont pas les nouveaux symboles du combat des noirs, mais d’une culture populaire qui a fait de ce combat celui de tous. » 

Mathilde Serrel (France culture)

Réalisé par Hiro Murai, le clip « This is America » montre les complexités et les contradictions de la société américaine. Childish Gambino incarne un homme instable qui tue de sang froid des personnes noires. Dans les différentes séquences, le clip expose une forme de violence exacerbée : celle des cartels de drogue, des émeutes, des tueries de masse… Et le monde continue de danser. Au-delà de cette violence, c’est bien le contraste avec le divertissement qui l’entoure qui nous bouleverse. Tout le monde assiste à ces tueries, mais personne n’arrête celui qui en est la cause. Il y a la violence et l’apathie ; le divertissement et l’argent ; le racisme et l’impunité ; l’arme dont on prend soin et l’homme qu’on regarde se faire tuer.   

« Ici c’est l’Amérique, ne te fais pas attraper

Ne te fais pas attraper

Ne te fais pas attraper

Regarde ce que je suscite

Ici c’est l’Amérique, ne te fais pas attraper

Regarde ce que je suscite »

Un appel universel à la liberté

Symbole d’une culture populaire, le clip multi-récompensé est aussi un phénomène mondial. Depuis sa sortie, de nombreux artistes de différents pays ont repris ses codes pour dénoncer leurs propres maux. Chacun s’en inspire avec plus ou moins de liberté mais plusieurs éléments sont toutefois récurrents.  

 

Tout d’abord le lieu. L’action se déroule bien souvent dans un hangar. Le hangar est un endroit aculturel par excellence : rien ne ressemble plus à hangar qu’un autre hangar, quel que soit le pays où l’on se trouve. Symboliquement, il est aussi ce qui permet de cacher, de rendre invisibles des choses immenses. Il rend aussi possible une forme de huis-clos, comme un piège dont on ne peut sortir. Autre élément récurrent, la figure de Childish Gambino qui incarne les vices universels présents dans nos sociétés : la violence, le divertissement et le règne de l’argent.

 

Au-delà de ces dénonciations, il y a chez ses rappeurs un amour de leur peuple et de leur culture, une fierté de dire qui ils sont et ce qu’ils souhaitent voir changer. Ils portent chacun à leur façon une forme de cynisme salvateur, un appel universel à la liberté. 

This is Africa - Axel Merryl

« This is Africa

Tu deviens président

Le mandat ici c’est 5 ans

Mais il va faire 100 ans »

This is Sierra Leone - Xzu B

« This is Sierra Leone

All the way from west coast of Africa

Blessed with ressources but still nor see profit

Bo duya tell me wetin apin ba ? »

This is Hindustan

« This is Hindustan

When will the rapes stop ? It’s a horny people’s club

Stop this shit ! Enough. »

This is Singapore

« This Singapura

Income gap so wide lah

Cannot retire lah

Working until we old »

Clémence Drack

ZAD

Magazine culturel engagé, ZAD est un webmedia indépendant soucieux de partager des contenus réflexifs sur les arts visuels et le spectacle vivant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page