Architecture et DesignArchitecture et DesignArts visuelsPortrait

Edoardo Tresoldi : sculpter l’absence

Il est cité en 2017 comme l’une des personnalités de moins de 30 ans les plus influentes par le magazine Forbes. Diplômé de l’Université Polytechnique de Milan, cet architecte et designer de formation fait résonner l’absence des formes passées. Une poésie de métal dans laquelle le temps se perd.

Le langage de la transparence

En 2013, l’Italie découvre les treillis métalliques d’Edoardi Tresoldi. Entre ses mains naissent des silhouettes énigmatiques. Ces géants de métal bouleversent nos certitudes ; sont-ils le produit de notre imagination, la projection d’un mirage ou l’apparition réelle d’un être disparu ? Cette matière absente génère des dialogues ininterrompus entre le lieu, le temps et l’histoire. Elle est une négation, un manque, une abstraction dont les contours s’inscrivent, comme par mégarde, dans notre espace-temps. La lumière et l’atmosphère modifiant sans cesse la perception des formes, l’œuvre devient un événement dynamique éthéré.

IL COLLEZIONISTA DI VENTI (Permanent installation) - Mura Mura Fest Pizzo Calabro(VV), Italy 2013

OLTRE (Temporary installation), Eterotopia – Ex Dogana Curated by Studio Volante Rome, 2014

« La matière absente est la représentation d’une projection, d’un filtre et d’une forme à travers lesquels il est possible de raconter des lieux, des instants, des entités. »

 

Edoardo Tresoldi

PENSIERI (Temporary installation), Oltre il Muro Festival, Sapri (SA), Italy 2014
RICORDI, Temporary installation, Eterotopia - Ex Dogana Curated by Studio Volante Rome, Italy 2015

« Où l'art reconstruit le temps »

En 2016, Edoardo Tresoldi est Mandaté par le Ministère de la culture italien et par le Bureau archéologique des Pouilles pour préserver le patrimoine culturel. Il s’attaque à la basilique de Siponto. Recouvert de treillis métalliques, l’édifice partiellement détruit depuis le XIIIème siècle après un séisme, reprend soudainement vie : 14 mètres de haut, 7 tonnes de matériaux et une légèreté déconcertante pour cette œuvre qui convoque les extrêmes.

Basilica of Siponto, image © roberto conte

Ce sera pour l’artiste le début d’un travail hybride et d’une reconnaissance mondiale fulgurante. En 2017, il crée ARCHETIPO pour un événement privé de la famille royale d’Abu Dhabi : un paysage absolu, fusion d’éléments classiques et moderniste, dans lequel la nature et l’architecture forment un tout.   

En 2018, il reçoit la médaille de l’architecture italienne – Prix spécial du public à la Triennale de Milan. La même année, il conçoit pour le très attendu festival Coachella aux Etats-Unis une structure métallique grandiose « Ethera ». Constituée de trois imposants édifices de 11, 16,5 et 22 mètres de haut, ces éléments d’inspiration néoclassique et baroque traduisent une nouvelle fois la proximité entre l’architecture, l’archéologie et l’art.

En septembre 2019, il monte pour le défilé de Marcelo Burlon, une cathédrale de fer dans laquelle les silhouettes nineties du créateur entrent en relation un environnement architectural anachronique. Un décor et des corps hors de tout espace-temps.

Les recherches artistiques d’Edoardo invitent à penser à l’altération de la matière et le caractère cyclique de l’existence : ce qui est n’est plus, ce qui n’est plus est toujours. Son travail montre la décomposition physique mais ravive la mémoire, provoquant une expérience émotionnelle et onirique de l’espace. Il incarne ainsi la notion de Genius Loci, ces lieux qui donne aux hommes leur prise existentielle et leur identité. Dans cette quête, l’architecture devient entre ses mains une clé d’interprétation et un langage expressif.

« Je pense que l’art est capable de générer n’importe quel genre d’histoire ; de dire les poésies du monde. C’est un espace où la logique est autorisée à s’abstraire, la seule à avoir la force de raconter un rêve. »

 

Edoardo Tresoldi

© Andrea Mete

Clémence Drack

ZAD

Magazine culturel engagé, ZAD est un webmedia indépendant soucieux de partager des contenus réflexifs sur les arts visuels et le spectacle vivant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page