Enquêtes

Le design géométrique islamique ou la quête complexe de l’équilibre

Depuis le VIIIème siècle dans le monde arabe, des motifs splendides ornent les façades. Derrière ce qui semble être de simples ornements, on trouve en réalité des calculs mathématiques et géométriques savants. Retour sur ces prouesses qui n’en finissent pas d’éblouir !

Des motifs aux frontières de l’art et de la science

Au Moyen-Age, les savants du monde arabe font avancer les connaissances dans tous les domaines scientifiques ! Astronomie, médecine, mathématiques… Impossible de déterminer si ce sont les enjeux artistiques qui ont justifié de telles recherches scientifiques (une démarche que l’on trouve par exemple chez Léonard de Vinci), ou si les découvertes en mathématiques et en géométrie ont inspiré la formation de ces motifs complexes. Toujours est-il que leur réalisation se fait à partir d’un même élément simple et récurrent : le cercle. Celui-ci est ensuite subdivisé en quatre, cinq ou six sections : il s’agit là des trois « familles » de motifs possibles. Des « branches » se dessinent ensuite aisément d’après ces sections. De là son réalisés des motifs aux variations infinies. Leur répétition implique la recherche d’un équilibre parfois difficile à satisfaire, soit du fait de la surface à recouvrir (comme des arcades, des voutes ou des formes cylindriques), soit du fait du choix du nombre de sections (une base de division qui repose sur le chiffre cinq conduit à des déséquilibres qu’il faut surmonter).

Eric Broug revient pour TED sur les dessous techniques de ces réalisations:

Une perfection proche du divin 

Cette recherche insatiable de beauté et d’équilibre constitue une quête universelle. En tous temps et en tous lieux, des hommes ont cherché à comprendre quel était le sens de la vie sur terre. La réalisation des motifs et leur répétition convoquent une vision du monde dans laquelle il existe un Tout ordonné auquel l’Homme appartient ; que l’Univers est régi par une volonté inaccessible qui prouve que ne sommes pas là par hasard.

« Les détails font la perfection, et la perfection n’est pas un détail. »

Léonard de Vinci

Cette manière de voir le monde est partagée par l’ensemble des religions monothéistes auxquelles l’Islam appartient. De ce point de vue, il n’est pas étonnant que les plus belles réalisations de cet art se soient particulièrement déployées dans les mosquées, d’autant que le Coran y interdit de représenter la figure humaine ! L’enjeu de ces motifs est donc de donner aux hommes des preuves de l’existence de cette volonté divine, sans lui attribuer de visage.

Rappelons également qu’au Moyen-Age, le pouvoir spirituel (détenu par les institutions religieuses) était parfois plus important encore que le pouvoir temporel (détenu par les États) avec lequel il était en concurrence ! La vision monothéiste du monde qui s’est manifestée à travers ce design géométrique spécifique aux civilisations arabes a donc rayonné très largement dans toutes les terres d’Islam et au-delà.

Mosquée de Shiraz, Iran
Mosquée de Saint-Petersbourg, Russie
Bazar de Kashan, Iran.

Une ode à l’abstraction qui orne nos intérieurs

Représentatifs d’une vision du monde spécifique, ces motifs sont partie intégrante de la culture arabo-musulmane. En tant que tels, ils sont déployés non plus seulement dans le cadre d’édifices religieux mais plus largement dans l’ensemble de la population à travers les arts décoratifs. Déclinés sur des carreaux, en mosaïque, des boiseries, de la ferronnerie ou des textiles, ces motifs s’invitent facilement chez les particuliers, dépassant les cadres religieux qu’il convoque et les frontières.

Aujourd’hui, ils trouvent une place dans nos intérieurs en apportant une touche unique : celle de l’artisanat d’art. En architecture d’intérieur, ils peuvent être détournés pour élaborer des rampes d’escaliers ou pour réaliser des cloisons, laissant apparaître en transparence la lumière du jour. En décoration, ils habillent élégamment des espaces que l’on souhaite bohèmes ou ethniques.

Source : Pinterest
Source : Pinterest
Source : Pinterest
Source : Pinterest
Source : Pinterest
Source : Pinterest

Clémence Drack

ZAD

Magazine culturel engagé, ZAD est un webmedia indépendant soucieux de partager des contenus réflexifs sur les arts visuels et le spectacle vivant.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page